L'ARTICLE VOUS A PLU ?

Je peux associer chaque Final Fantasy auquel j’ai joué à une période de ma vie, dont je me rappelle absolument parfaitement. Cette réminiscence et mémoire épisodique à long terme témoignent de l’importance de cette saga pour moi. Du septième opus que je découvrais halluciné du haut de mes 13 ans, aux aventures de Noctis, aussi attendues que redoutées. Ce qui est amusant, c’est que depuis l’annonce de la mue « salvatrice » (plus pour Square Enix que pour les fans) de Versus XIII en XV, une petite voix intérieure me disait de me méfier et prenait même parfois la parole sur le blog (ici ou )… J’ai donc fini Final Fantasy XV. A vrai dire, je l’ai même platiné, poussé par ce désir complétiste d’aller au bout d’un jeu-paradoxe, dans lequel d’immenses qualités se heurtent violemment aux aberrations d’une conception grotesque et bâtarde, accouchée dans la douleur.

Les premiers instants du jeu sont inédits dans un FF. Un court flash-forward apocalyptique et dramatique magnifiée par des cœurs puissants qui rappellent Liberi Fatali. Une ouverture géniale qui introduit les personnages et fixe instantanément la relation absolue à la vie à la mort des quatre héros, confirmée quelques instants plus tard, « Avant la chute » par la scène d’audience avec le roi Regis, et le départ du jeune prince pour un long voyage… « En aucun cas je ne vous demande d’éduquer mon fils » dit le Monarque à Gladiolus, Prompto et Ignis. C’est pourtant bien un périple initiatique qui attend Noctis, en route pour son mariage, pour sa vie d’homme. Le passage à l’age adulte, le poids des responsabilités écrasant petit à petit l’insouciance, la reconquête d’un trône usurpé… Des thèmes porteurs d’intrigue, plutôt bien amenés et bien maîtrisés, il faut le souligner.

Avis Final Fantasy XV Test

La Regalia tombe en panne sur une jolie reprise de « Stand by Me », la caméra s’élève laissant apparaître l’horizon et les possibilités d’un jeu attendu depuis si longtemps. Les lettres Final Fantasy XV se dessinent dans le ciel…Le potentiel est énorme me dis-je alors.

C’est ainsi que l’exploration commence, dans le « monde ouvert » (je tiens à mes guillemets) d’Eos. Et c’est sans conteste un des plus gros points forts du jeu qui invite constamment à la découverte, très plaisante, du Royaume de Lucis. Un Royaume malheureusement constitué uniquement de 2 villes et de stations services. Sérieusement ? Oui, sérieusement… Mais je ne vais pas commencer à énumérer les choses qui ne vont pas… Je le ferai plus bas. L’exploration est donc passionnante, prenante, et tient la route grâce à l’accomplissement de quêtes secondaires souvent sans intérêt mais permettant de voyager d’un bout à l’autre de la carte, en pilote automatique (rapidement remplacé par la téléportation, histoire d’éviter de se taper 5 minutes IRL de bagnole à chaque fois). Les Gils c’est le nerf de la guerre, et notre Prince fauché va devoir bosser dur pour en gagner ! Seul moyen de s’enrichir : accomplir des contrats de chasse donnés aux comptoirs des restos cheap de stations services. L’ambiance « on the road » fonctionne vraiment bien, on a l’impression de tout le temps être à l’arrache, dans la débrouille…

On progresse, lentement, on évolue, on construit cette complicité, cet attachement avec nos 3 compagnons de route au fil des affrontements, des dialogues et interactions bien écrits (Big Up pour les doublages français au passage !) et nuits passées à camper pour assimiler les points d’expérience. Un système novateur pour la série, qui accompagne des combats placés sous le signe du Action-RPG !

Avis Final Fantasy XV Test

On ne contrôle que Noctis, disposant de 4 armes/magies à choisir parmi un arsenal conséquent. La base est simple : il suffit de laisser « Rond » appuyer pour déclencher des enchaînements d’attaques, ou « Carré » pour parer et contre-attaquer. A cela s’ajoutent les compétences de nos alliés, que l’on déclenche une fois la jauge d’action remplie. C’est nerveux, efficace, mais finalement assez brouillon. On est loin de la richesse des combats de la Trilogie XIII ou de la lisibilité d’un Kingdom Hearts. Même les spheriers, clin d’œil au 10e opus, s’avèrent frustrant, tant l’obtention des points CP permettant de les compléter est difficile. Je suis niveau 99 et très très très loin de les avoir fini…

On passe donc des heures géniales, loin de la trame principale, courant, pêchant, explorant les environnements à coup de quêtes annexes, et de chasses au monstre. Le monde est beau, sublime. Les jeux de lumière à tomber. Moi qui n’ai pas de PS4 Pro, je peux dire que Final Fantasy XV m’a laissé bouche bée (malgré un framerate inconstant), plus d’une fois devant un magnifique couché de soleil sur la plage de Galdina, ou devant l’incroyable architecture jeux  de la grande Altissia, directement inspirée de Venise. Les développeurs de Square Enix ont un talent fou, et ont fait un travail formidable, c’est peu de le dire. SE fait partie des derniers studios nippon tenant encore la route techniquement, la domination du jeu mobile au pays du soleil levant ayant créé d’immenses lacunes dans le jeu vidéo japonais ces 10 dernières années. Mais c’est un autre sujet.

Avis Final Fantasy XV Test

Quand finalement, on décide de prendre notre destin de prince héritier en main, et d’avancer dans l’histoire, on comprend que la déception va être à la hauteur des promesses de cette « fantaisie basée sur la réalité ». Débute alors une dégringolade narrative choquante et éprouvante, dans sa forme et dans son fond, creux, vide, indigne. La vérité apparaît aussi vite que les chapitre défilent : il n’y a en fait pas grand chose à raconter.

Le massacre de Tabata

Il n’y a non seulement pas grand chose à raconter, mais le jeu vole d’ellipse en ellipse, de sous-entendu en sous-entendu. Pourtant, les grands moments sont bien là. On ne peut pas lui enlever ça. Des passages géniaux, incroyables, titanesques, qui font frissonner. Je pense surtout aux deux derniers chapitres, que je ne spoilerai évidemment pas, mais qui contiennent un des meilleurs combats que j’ai pu voir dans un Final Fantasy. Carrément.

Avis Final Fantasy XV Test

Les bonnes idées sont légions, comme par exemple la place et l’importance inédite des Invocations dans le jeu, mais sont gâchées par des problèmes de caméra bâclée, de cohérence, d’écriture, de suivi. Parfois tout en même temps. Je ne compte plus les personnages mal amenés, qu’on ne comprend pas, qu’on ne connait pas, et dont ne saura finalement jamais rien. La palme revenant à Lunafreya Nox Fleuret, héroïne inexistante dont la quête, les tenants et aboutissants, les implications, sont tellement mal racontés que j’ai encore du mal à saisir certains points du semblant de scénario avec lequel Hajime Tabata s’est torché.

Non, on ne peut pas tout suggérer. Non, on ne peut pas justifier de telles lacunes narratives par des prétentions d’immersion ou de « La vie d’un prince en fuite dans sa quête de maturité, en 15 chapitres », comme j’ai pu le lire ailleurs. Final Fantasy n’est pas une histoire qui se devine ou sur laquelle la compréhension du joueur peut-être sacrifiée sur l’autel du gameplay -imparfait-, de la quête annexe ou je ne sais quel autre Dieu du RPG. C’est une histoire qui se raconte, qui s’écrit au fil des heures passées. Une histoire que le joueur doit s’approprier, qu’il doit vivre non seulement à travers les yeux des héros, mais AUSSI derrière son écran. Une histoire dans laquelle il doit s’impliquer tout du long, et non juste au début et à la fin, là où les restes d’une ambition Shakespearienne de Nomura se font le plus sentir.

Avis Test Final Fantasy XV

Entre temps, j’ai du endurer pendant 10 chapitres cet arrière gout d’Hamlet fini à la pisse par Tabata, un homme qui n’a « jamais joué à un Final Fantasy » de son propre aveu. Comment pouvait-il comprendre ce qu’on attendait de lui ?

Il a choisi de jouer à l’apprenti sorcier avec un matériel mythologique énorme et culte, comblant les trous béants par du gros fan service bien gras, bien dégueulasse, fait avant tout pour draguer les adeptes. « Un Final Fantasy pour les fans et les nouveaux venus » . Une énumération des codes de la série, maniés avec si peu de délicatesse. Je vous dis ça et pourtant je suis plus que fan de la saga. Quelques idées sympas comme l’autoradio passant les musiques des anciens épisodes, mais n’ayant finalement (et objectivement) rien à foutre là. Rien. A tel point qu’en écoutant Force Your Way, J-E-N-O-V-A, ou tout autre chef d’oeuvre musical de Nobuo Uematsu, je me suis rappelé à quel point ces anciens épisodes étaient mieux que celui auquel j’étais en train de jouer. L’effet non désirable d’une thérapie de fanboy nostalgique ratée en quelque sorte.

Quand on connait la genèse de ce quinzième épisode (que je vous invite à lire ici), on comprend que RIEN n’est excusable. RIEN n’est justifiable par une quelconque lecture au 6e degré que certains pourraient trouver. Non. Final Fantasy XV est un pur produit marketing dirigé sans magie, et sauvé tant bien que mal par le talent des équipes de développement. Un produit qui s’emmêle, se perd, dans un mélange des genres que personne ne veut, de Resident Evil, à Metal Gear, avec des morceaux de Monster Hunter dedans. A tel point que sous la grogne des joueurs du monde entier, le fameux chapitre 13 (que paradoxalement, je n’ai pas détesté) va être entièrement réécrit. Du jamais vu. On en est là.

Avis Test Final Fantasy XV

On est aussi face à un concept transmedia joliment foiré. Si le film KingsGlaive est top, et nécessaire à la compréhension du contexte politique et du « lore » (hahaha… pardon), son contenu est lamentablement broyé, oublié dans le jeu. Mais où est la contrée de Galahd ? Les Daemons gigantesques ? Que devient Libertus ? Et histoire d’aller au bout du bullshit tabatesque, une politique de DLC gerbante (mais du coup attrayante… putain je me dégoûte) a vu le jour. C’est simple : nos 3 compagnons subissent chacun un événement majeur dans le jeu qui n’est absolument pas raconté (ellipses encore, et encore et encore), mais qui seront dévoilés dans 3 contenus téléchargeables (et payants).

Je pourrais également vous parler d’Altissia, la sublime ville qui ne peut être explorée qu’à environ 10% de sa superficie supposée, ou bien du grand Royaume du Lucis, constitué de deux villes, d’une ferme chocobo et de stations services. Ou encore des innombrables choix foireux d’ergonomie comme la possibilité de n’avoir qu’une seul contrat de chasse à la fois, l’inutilité de la magie durant la seconde moitié de l’aventure, l’impossibilité de conduire automatiquement la nuit au début, la voiture sur des rails etc, etc, etc…

Bref. Voila. Si vous avez lu cet énorme pavé (désolé), vous devez vous dire que j’ai finalement détesté le jeu. Non. En fait j’y joue encore. C’est dingue je sais. Je l’aime, je m’y attache… Pour ces moments de bravoure, sa réalisation sublime, sa bande son épique, pour ses 4 héros géniaux, pour son invitation à l’exploration… Pour sa richesse… Ses invocations… Son propos sur la responsabilité, la maturité… Son chapitre 14…… Et puis je le hais pour ce qu’il aurait du être et ce qu’il est finalement devenu, pour ses erreurs narratives impardonnables, pour un Ardyn salement bâclé et sans envergure, comme Cor, Ravus et tant d’autres. Pour ce fan service dégoulinant, pour cette inconsistance scénaristique, pour ces scènes au potentiel gâché, pour sa caméra insupportable… Sa durée de vie ridicule… Pour Tabata qui n’a rien compris.

Final Fantasy XV est unique, comme chaque épisode… Mais d’une autre façon, fascinante car clivante, imparfaite, détestable et parfois géniale. Un phénix blessé, amputé, qui renaît des cendres d’un projet chaotique.

Versus XIII, je ne t’oublierai jamais.

6 COMMENTAIRES

  1. Magnifique test que je trouve très juste alors même que je n’ai pas fini le jeu. J’en suis au début du chapitre 10 et je suis entièrement d’accord avec le fait qu’avant le chapitre 9, il ne se passe absolument rien dans l’histoire.
    Il y a enfin quelque chose d’intéressant qui aurait pu être 10 fois plus marquant encore si les 8 chapitres d’avant avaient été plus riches dans la présentation des personnages, leur rôle et bien sûr leurs relations. Un moment qui aurait pu nous ébranler, nous fait à peine frissonner…

    Je suis d’accord avec toi sur tout le reste. Je trouve que la réalisation des décors est hallucinante de détails, l’ambiance est là, la musique est top (je parle bien de celle de FFXV) mais les combats sont brouillons, les personnages secondaires trop effacés, les aller-retours trop nombreux.

    Un point par contre où je ne suis pas d’accord du tout : j’ai trouvé l’introduction du jeu catastrophique. Où est passé l’intro épique en images de synthèse qui te laisse bouche bée et qui te donne une claque et une furieuse envie d’y jouer ? Intro traditionnelle à chaque FF numéroté depuis la ps1 ? Ici on a quelque chose de terriblement moi, un bout de Kingsglaive déjà vu avec un bout inédit qui ne dure que quelques secondes. Un tutoriel dès les premières secondes, inintéressant au possible et qui ne s’intègre pas à l’histoire !!! Mon dieu, énorme déception quand je l’ai lancé et que j’ai vu ça… J’en aurai presque pleuré. Attendre 10 ans pour une intro bâclée à ce point, ça me dégoûte d’être fan. Voilà comment tuer l’immersion alors que l’aventure débute à peine.

    Par contre, gros point fort sur le quatuor dont la VF le rend extrêmement crédible et attachant.

    • J’ai trouvé que les premières secondes du jeu étaient vraiment excellentes et épiques :) Même le départ d’Insomnia (en CGI pour le coup) a quelque chose de dramatique avec la musique. Mais bon les goûts et les couleurs ;)

  2. C’est exactement le ressenti que j’ai du jeu. A savoir que tu as tellement raison de le détester et pourtant il est capable à de te balancer ces moments magiques qui te font dire que… putain, çà aurait pu être un grand jeu. Un beau gâchis vraiment!

  3. J’ai beaucoup aimé ton article et le titre résume bien l’idée de ce FF : adoré et détesté a la fois tu as parfaitement reflété le sentiment paradoxal qui m’animais quand je jouais. Un immense gâchis d’un potentiel pourtant énorme et achevé par une politique de dlc gerbante …

    • Oui… Quand j’imagine le potentiel de cet univers, avec un vrai producteur (qui a une vraie vision) comme Sakaguchi aux manettes, épaulé par Nomura… Je pleure intérieurement.

  4. Salut. Pour ma part, j’ai adoré cette saga. Je pense que j’y jouerais encore pendant longtemps. Je ne sais pas s’il y aura d’autres volets à l’avenir, mais en tout cas, je le souhaite vraiment. C’est un divertissement fort captivant. :)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Me prévenir quand une réponse est postée