Home Coups de gueule Les indignés

[Coup de gueule] Les indignés

7
L'ARTICLE VOUS A PLU ?
Coup de gueule

En moins de deux mois, deux « polémiques » à propos du jeu vidéo se sont propagées sur la toile.  Après l’épisode Twitch du Grand Journal d’Antoine De Caunes, c’est maintenant Nagui et Manaudou qui récoltent les foudres d’une communauté enflammées par des propos qui la dérangent.

Un flot de remarques lamentables a littéralement innondé les réseaux sociaux, par une partie (et j’insiste sur ce point car nous ne sommes pas tous dans le même sac), de gamers scandalisés que l’on ose encore une fois toucher a leur sacro saint hobby.

Le résultat ? Des excuses sur la place publique le lendemain, pour satisfaire des joueurs en mal d’ego.

Inadmissible et exaspérant, tout simplement.

Coup de gueule

Entendons-nous bien. Je trouve cela triste que des gens puissent encore penser de pareilles bêtises sur ce formidable média. Et c’est souvent la méconnaissance du sujet, ou la rencontre d’un ou deux cas extrêmes jetés en pâture à la presse, qui conduit à cet amalgame regrettable. Le préjugé est l’enfant de l’ignorance.

Mais enfin tout de même. Chacun est libre de penser, à tord ou à raison, ce qu’il veut, et surtout chacun est libre d’exprimer son point de vu, à une heure de grande écoute si ça lui chante. Dans la vraie vie, c’est comme cela que ça se passe. Les gens ont le droit de trouver les jeux vidéo débiles, ou abrutissant, et ils ont le droit de le dire. Ca froisse votre orgueil ? Dommage pour vous.

Nagui, Manaudou, De Caunes, n’avaient PAS à s’excuser de leur propos. Cette pseudo censure est insupportable, et il serait bien temps de remettre les choses à la place qui est la leur :

Le jeu vidéo est un hobby, éventuellement une passion. En aucun cas un sujet capital de notre société, intouchable et incritiquable. On croit rêver. Quelle sera la prochaine étape ? Un comité de censure qui sanctionnera toute personne déclarant que le jeux vidéo rend con ? Car c’est bien là que mène cette drôle d’attitude.

Je risque de me faire tirer les oreilles par des gamins de 20 ans, littéralement goinfrés aux news à clic de gamebuzz.fr gameblog.fr et consorts (qui se font d’ailleurs une joie de souffler sur les braises) et venant me donner des leçons de liberté d’expression.

Et je me marre… Car c’est bien contre cette même liberté d’expression qu’ils s’insurgent et vocifèrent, parfois à grand renfort d’insultes.

Cette vexation exacerbée et puante dévoile finalement une communauté qui n’assume pas sa passion, qui a peur du regard des gens, et qui se cache derrière la stigmatisation et le mauvais traitement des médias, pour cracher à grand coup de #fierdetregamer toute leur rancoeur envers cette société qui les pointe bien trop souvent du doigt.

….Sauf que tout le monde s’en fout.

Le combat « Gamers versus World » c’est dans leur tête et nul par ailleurs. Ca n’intéresse personne, malgré tous les efforts qu’ils pourront mettre pour donner de l’importance à quelque chose qui n’en a absolument aucune. Les gens se foutent, à juste titre, de Twitch, League of Legend, ou des Tournois Pro de jeux vidéo, ils ne savent pas ce que c’est.

Non …

Il n’y a pas de « condition du gamer ». Non, ce n’est pas un statut ou une classe sociale victime d’inégalités ou de traitements médiatiques intolérables. Non, il n’y a pas de « cause » des joueurs.

Vous pensez avoir « gagné » cette bataille imaginaire ? En chouinant pour avoir des excuses aussi sincères que ridicules ? Non encore une fois. Vous avez perdu ! Vous avez donné raison aux détracteurs et êtes à nouveau passés pour une bande de victimes bruyantes et grossières. Cette attitude d’indignés, largement encouragée par les sites spécialisés ne résout rien.

Oeuvrez plutôt pour promouvoir votre passion de façon positive. Si c’est si important pour vous, bougez-vous, participez, écrivez, adhérez à des associations qui font changer les mentalités, pour que justement les gens ne disent plus ce genre de bêtises, à la radio ou à la télé.

Séchez vos larmes de crocodile, et prenez un peu de hauteur. Vous en verrez d’autres.

7 COMMENTAIRES

  1. Je suis d’accord avec toi sur le fait que ces « polémiques » prennent beaucoup trop d’ampleur et certaines réactions sont vraiment exagérées. Quels que soient les propos, les personnes concernées ne méritent quand même pas de se faire insulter ou menacer…
    Après, sans pour autant parler de « cause du gamer » et sans en faire un combat quotidien, je trouve qu’il y a quand même un gros problème dans la manière dont le jeu vidéo est perçu et c’est assez fatiguant de voir que les média ne peuvent pas en parler sans se foutre de notre gueule.
    Merci pour cet article, ça fait réfléchir!

    • Effectivement, ce loisir est toujours une proie facile pour les médias à sensation, qui n’y connaissent souvent pas grand chose. C’est vraiment regrettable.

      Sauf que là, on ne parle pas de presse dans le sens éditorial du terme : Il n’y a pas eu d’émission ou d’article à charge contre le jeux vidéo. Simplement des animateurs et des invités qui ont exprimé leur opinion, en méconnaissance de cause. Et ils ont le droit de le faire sans se faire insulter :)

  2. Je trouve ton article un peu trop idéaliste. Je suis évidemment d’accord sur le faite que chacun pense et dise ce qu’il veut, mais il y a quand même une marge quand on est un « people ». Combien d’ignares (eux compris d’ailleurs) boivent ce genre de parole sans se poser de questions ? Il me parait quand même important quand on a une certaine notoriété médiatique de faire attention à ne pas raconter n’importe quoi. La tolérance des discours va dans les deux sens. Outre les discours contestataires virulents des gamers (qui en deviennent ridicule de ce faite, nous sommes d’accord), on est quand même en droit de signaler l’absurdité de ce genre de propos non ? Ça aussi c’est la liberté d’expression. J’ai l’impression que tu t’es arrêté sur les lourds dingues et que tu es passé sur l’idée de fond, scandant la liberté d’expression…

    Après si ils présentent leurs excuses c’est juste pour ne pas perdre de l’audience, faut pas se leurrer.

    • Merci pour ton commentaire. Il y’a deux choses.

      Oui ce sont des « people » (Et non des journalistes. J’y tiens, car encore une fois ce n’était pas une émission à charge contre les jeux vidéo, il n’y avait pas de ligne éditoriale). Ils ont une portée médiatique plus importante c’est certain. N’empêche que. Ils ont le droit, encore une fois, d’exprimer leur opinion. Je ne suis pas d’accord avec eux, mais ça ne me donne pas le droit de les insulter, les menacer, ou générer un bad buzz pour qu’ils s’excusent. Je ne dénonce pas le fait que les gens expriment leur avis, dont je me fous pas mal. C’est cette susceptibilité systématique d’une communauté en mal d’amour qui me gonfle. Et cette attitude ne fait qu’aggraver les choses et le regard des gens. Il faudrait qu’elle s’assume un peu plus : ce genre de discours lui passerait alors bien au dessus de la tête. Ce n’est pas, à mon sens, de cette manière, que l’avis des gens changera (s’il doit changer… mais ça c’est autre débat).

      Oui, pour reprendre un tweet, je « m’indigne devant les indignés » . Un paradoxe nécessaire, car il convient de rappeler tout de même le bon ordre des faits. Cette forme de censure par la pression d’une masse est intolérable… On ne tolère pas l’intolérance. On censure la censure.

      Cela étant dit, il faut encore une fois, remettre les choses à leur place. On parle de jeux vidéo. Un sujet qui me passionne depuis que j’ai 5 ans, mais qui reste très très secondaire… Et qui ne justifie certainement pas un mea culpa médiatique (ridicule comme tu le soulignes) de cette envergure.

  3. Ce qui est ridicule c’est l’extrême. Je parlais de la virulence des commentaires, mais effectivement les excuses aussi n’étaient pas nécessaires. Cette espèce de protectionnisme exacerbé se retrouve dans tout ce qui est « cause » (racisme, femme battue, etc…), et effectivement pour notre cas ce ne sont que des jeux vidéo. Rien de vraiment important. Et même si pour certains ce n’est pas si secondaire que cela, c’est vrai qu’il faut relativiser.

    Cela dit, pointer du doigt des commentaires absurdes et sectaires ne peut pas faire de mal, et encore heureux qu’on puisse le faire. En ça je suis d’accord. Pour le reste, c’est une question de dosage d’expression.

  4. Hahaha, attention, tu vas te faire traiter de collabo de la télé ;)
    Plus sérieusement, c’est aussi à cause de réactions telles que les jeux videos ne sont pas pris au sérieux. Tout à fait d’accord avec toi sur la ligne « c’est leur opinion, c’est p’tre idiot, mais c’est leur opinion ».
    Perso, je joue pour moi, pas pour ce que Nagui et Antoine de Caunes en pensent.
    Si ça me plait, tant mieux, et si ça me plait pas…. ben tant pis.
    C’est pas des excuses bidons qui vont empêcher la désinformation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Me prévenir quand une réponse est postée