La conférence PlayStation Meeting s’est achevée hier soir, et comme prévu, Sony a levé le voile sur la PS4 Neo, baptisée officiellement PS4 Pro !

On ne va pas revenir sur le nom, que je trouve plus digne d’un smartphone que d’une console, ni sur le rythme assez ennuyeux de la conférence, qui a laissé la salle de marbre (j’ai noté un « wouhou » pour la démo de Mass Effect Andromeda)… Ou encore sur le prix aberrant de la PS4 -slim- annoncée à 299€ sans aucune nouveauté (on trouve déjà des PS4 « fat » à ce prix là… parfois même en pack!). Bref, j’ai été déçu par ce qu’a présenté Sony, et je vous explique pourquoi.

La puissance et les specs de la PS4 Pro

PlayStation s’est bien gardé d’annoncer les spécificités techniques précises de la PS4 Pro pendant la conférence, se contentant de termes génériques « 4K » « HDR » « HDTV » … Et pour cause, les specs, clairement boostées par rapport à la PS4, sont largement en dessous de ce qu’a annoncé Microsoft pour sa Scorpio de 2017 et ses 6 Teraflops de calcul… Autant éviter de communiquer dessus ! Aucun mot non plus sur le lecteur Blu-Ray UHD… vu qu’il n’y en a pas.

On sait maintenant que la PS4 Pro disposera de 4,2 TFlops, avec un CPU overclocké, et 1 To de stockage. En gros elle sera 2x plus puissante qu’une PS4 actuelle. Un gain significatif pour les développeurs qui devraient pouvoir utiliser cette puissance supplémentaire pour les futurs jeux (qui resteront également compatibles avec la PS4 actuelle), en améliorant notamment le framerate, la distance d’affichage, l’aliasing, les textures, les détails etc… La technologie HDR (super à la mode) sera également de la partie et permettra un affichage amélioré des couleurs et des contrastes (cette techno sera par ailleurs dispo sur toutes les PS4, via une mise à jour). Mais quid de la définition ? C’est là que ça se corse et que le message commercial assez flou prend le dessus.

4K natif sur PS4 Pro … ou pas … ?

A aucun moment durant la conférence, Sony n’a indiqué que les démos présentées tournaient dans une définition 4K Native et non upscalée. Il était question « d’amélioration de la définition » , et surtout du « magnifique rendu HDR » sur lequel Sony a largement insisté. Mais jamais les mots « 4K » et « Native » n’ont été prononcés. Le mot « Upscale » non plus. Joli brouillard de com.

Et pour cause : les specs de la PS4 Pro ne permettent pas de toute évidence, de cracher un vrai rendu 4K Natif sur des jeux riches et gourmands type AAA, avec un framerate suffisant (>30fps). Même les PC « avancés » et largement plus onéreux que la PS4 Pro, ne le permettent pas… (Je parle de rendu 4K abouti, avec des options graphiques, des shaders, des textures etc etc…du contenu …. pas des jeux indé minimalistes…)

Pour rappel, un rendu natif 4K exige de la console, la capacité de calculer le rendu sur 4x plus de pixels. Un upscale (ou mise à l’échelle), correspond à un calcul sur une définition inférieure, dont le rendu est ensuite étiré vers le définition ciblée. Dans les deux cas, la console envoie un flux en 4K vers le téléviseur, comme la Xbox One S par exemple, mais ça ne veut pas dire que ce flux a été rendu en 4K par le processeur graphique. La PS4 parvient à peine au 1080p/30fps stable… Alors faire 4 fois plus, pour 100euros d’écart, on a du mal à y croire…

Et pourtant, les journalistes ont assisté à la démo de Rise Of The Tomb Raider, qui permettait de choisir entre plusieurs options graphiques : « 4K en 30fps » « 1080p en 60fps » ou « 1080p en 30fps avec plus de détails ». Aucune précision sur la nature de cette définition « 4K ». De l’avis général, l’astuce probablement utilisée ici est le calcul du rendu dans une définition « bâtarde » supérieure au 1080p type 1440p 1800p pour ensuite l’étirer et avoir un résultat « proche » d’une définition 4K native.. La deuxième possibilité serait l’utilisation d’un mécanisme de reconstruction temporelle d’image comme ce qui a été fait sur Quantum Break par Remedy.

Johan Andersson, employé de EA et travaillant sur le moteur Frostbite a par ailleurs confirmé clairement que la démo présentée de Mass Effect Andromeda ne tournait pas en 4K native, mais bien grâce à un rendu « custom » …

PS4 Pro annonce deception definition 4K upscale natif

Je ne dis pas que les vrais jeux 4K Natif ne sortiront pas sur PS4 Pro. Mais ce seront probablement des titres nettement plus modestes, pensés pour ça. Enfin, il est très intéressant de lire sur la page officielle de la PS4 Pro, le minuscule texte tout en bas à propos de la définition 4K (vidéos/films ET gaming) : « graphic rendering or up-scaled«  … Traduction : 4K par rendu graphique ou mise à l’échelle. En attendant, je déplore le manque de clarté de Sony sur ce sujet.

Date de sortie de la PS4 Pro

C’est le 10 novembre 2016 que la Pro sortira. Soit 2 mois exactement après la nouvelle PS4 -slim- enfin officialisée à 299 euros et dépourvue comme prévu par les leaks, de toute nouveauté, hormis son design allégé (un prix peu attractif face à une Xbox One S proposant une puce d’upscale 4K, un lecteur UHD, rendu HDR pour la même somme).

PS4 Pro annonce deception definition 4K upscale natif

Je ne comprends pas ce choix. Beaucoup ont critiqué Microsoft pour avoir sorti sa One S, et en même temps annoncé la Scorpio (pour fin 2017). Mais là on marche sur la tête : Sony va donc lancer 2 consoles à 2 mois d’intervalle avec une différence de prix de seulement 100 euros, pour un écart de puissance proche du double… WTF ? Pour moi Il semble évident que Sony veut forcer privilégier les ventes de la PS4 Pro, en proposant une Slim rentable à produire mais vraiment peu attractive pour les joueurs. Pourquoi pas… Attendons de voir.

Gérer le changement : le vrai défi de Sony

En fin de compte, c’est la première fois depuis longtemps que je suis déçu par une annonce PlayStation. Sony enchaine les sans-fautes d’E3 en E3 depuis plus de 3 ans, mais se heurte ici à une difficulté de taille : le changement. L’adaptation n’a jamais vraiment été le point fort du constructeur japonais, privilégiant une approche fondamentalement conservatrice comme en témoignait la PS4 lors de sa sortie : c’était une console simple, jolie, peu onéreuse plus puissante qu’une PS3, qui ne faisait pas grand chose de nouveau : c’était ce que les joueurs voulaient, et ça a cartonné.

Aujourd’hui, la guerre menée par la communauté sur les forums et dans les rayons se fait sur la puissance brute des machines, le rendu, la définition, le framerate, les teraflops. Les exclus « tiers » se perdent et n’ont de toute façon jamais fait vendre de console au grand public, comme les exclus « first » d’ailleurs. Ce n’est ni triste, ni réjouissant… C’est comme ça, les temps changent. Les joueurs se masturbent sur les vidéos comparatives de Digital Foundry, relayées en masse par les sites JV en manque de clic. On utilise des outils sophistiqués pour détecter des anomalies ou des différences invisibles à l’œil nu (car oui je peux vous garantir que pour faire le distinguo entre un 900p et un 1080p natif, même upscalé sur une TV 4K, il faut s’approcher de très très près). Oui, aujourd’hui, on en est là.

Le marché change, les PC sont de plus en plus puissants, et prennent de plus en plus d’avance. La technologie évolue rapidement, et marque la fin des générations de consoles de 5-6 ans. La « 4K » est devenu un argument commercial incontournable à l’aube du renouvellement massif des téléviseurs fullHD installés dans les foyers.  Sony / Microsoft l’ont bien compris. Et si ce dernier a maîtrisé sa communication en prenant le risque de poser ses couilles sur la table avec la Scorpio et l’agressive One S, on a l’impression que PS s’est retrouvé un peu coincé, dans l’incapacité de répondre immédiatement à l’E3 avec la PS4 Slim et/ou Pro qui auraient souffert de la comparaison, et annonce un peu en décalé, presque à contre cœur, cette nouvelle machine avec un logo « 4K ». Aucun positionnement fort face à la Xbox One S qui pour le coup remporte sur le papier (dans la vraie vie c’est autre chose, on verra les chiffres) la bataille des modèles « Slim », Sony mise sur sa PS4 Pro avec une politique « cul entre deux chaises » qui n’a pas convaincu. « Plus puissante, mais pas trop non plus », « 4K, mais en fait pas vraiment », « Pas de lecteur Blu-Ray UHD » … Seul le prix attractif séduit. Malgré tout, cette avalanche de matériels PlayStation (Casque VR, PS4 -Slim-, PS4 Pro…) condensée en 3 mois risque d’embrouiller plus qu’autre chose, si le discours commercial n’est pas parfaitement rodé pour les fêtes de fin d’année… Sans parler de la note finale qui s’annonce vraiment très salée !

Une industrie définitivement passionnante, et qui n’a pas fini de me surprendre. Hâte de voir la suite des événements !

Ce qu’en pensent les copains :

Damonx
Ltpaterson
Gohanblog
Un Autre Blog

Article précédentConférence PlayStation Meeting 2016 : mes pronostics
Article suivant[Arrivage] T-Shirt Destiny Moments de Triomphe Année 2

6 COMMENTAIRES

  1. A croire que Sony n’arrive vraiment pas à surfer sur le succès. Il se sont effondré après la PS2 et là ils font des choix de stratégies que je juge limite stupides (L’absence du BR 4K)
    ça ma rappelle aussi la gestion qu’ils ont eu de leur branche électronique à la fin des années 90 où ils ont globalement tout perdu. Mais on est clairement pas là.

    • En fait l’absence du lecteur BR 4K ne me choque pas tant que ça. Sony mise sur l’effondrement de ce media, et économise en même temps le cout important lié à l’intégration de ce type de techno dans la console. Avec un lecteur BR UHD, la console aurait pris 50-100 euros en plus… C’est un choix stratégique… Trop tôt pour dire s’il est bon ou non.

      • C’est pas faux. Mais quand on mise sur la 4K, autant essayé de donner a possibilité aux gens d’en profiter. Parce que la 4K en streaming ça reste chouette, mais quand t’es équipé, c’est que tu as dans 99% des cas Netflix d’embarqué aussi sur ta télé. Du coup, ça perd un peu en intérêt. Selon moi bien sur.

        • Je suis d’accord. Le discours général 4K est embrouillé et raté de toute façon. Un mec lambda va en magasin, il voit que la One S embarque un lecteur 4K et coute moins cher… Il risque de penser que la XOs est meilleure alors que la Pro est bien plus puissante.

  2. Je pense aussi que c’est pas le choix le plus judicieux de la part de Sony… Ils auraient pu asseoir leur domination encore plus (car franchement quand tu vois les exclus que proposent le concurrent Microsoft sur Xbox One…) mais là ils viennent tout simplement perdre la bataille de l’hardware. A quoi bon faire cela franchement ? Enfin, j’imagine bien que Sony a pris cette décision de manière réfléchie et qu’il y a d’autres enjeux plus importants derrière.

    • Je n’irai pas jusqu’à dire qu’ils ont perdu la bataille du hard :) La PS4 Pro est tout de même sacrément plus puissante que la PS4/X1, à un prix très attractif. Ils misent beaucoup sur la VR également, et ils sont les seuls (sur le marché console) pour le moment à le faire ! C’est un pari qui peut rapporter gros si ca marche…
      Quand aux exclus Microsoft, je ne partage pas du tout ton avis : il y’en a un paquet et elles sont de qualité, mais tout est affaire de gout :)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire :)
Votre nom