Sorti presque incognito à quelques jours de l’E3 dernier, le très attendu (et hypé) Mirror’s Edge Catalyst a déçu la presse spécialisée. Très emballé à l’idée de retrouver Faith 8 ans après un premier opus frais et innovant, je ne savais plus trop à quoi m’attendre en lançant le jeu… Au bout d’une heure, mes doutes étaient dissipés, et je me laissais porter par un gameplay aérien toujours aussi efficace, pour une plongée dans le passé de la belle héroïne…

Principe de jeu / Gameplay

Mirror’s Edge Catalyst est une simulation de parkour. On incarne Faith, une messagère qui remplit courses et contrats dans la grande ville de Glass, dirigée par quelques puissantes familles regroupées sous la bannière du Conglomérat. Un système social injuste basé sur le contrôle des milices, la censure, les castes déterministes et qui voit naturellement naitre des noyaux de rébellion sous-terrains, loin des murs blancs de la cité.

Premier choc pour un joueur du premier opus : la ville, décomposée en plusieurs quartiers, est désormais explorable librement, tel un gigantesque bac à sable, dans lequel une multitude d’objectifs sont proposés au joueur : livrer un objet fragile sans le casser avant la fin du chrono, pirater un système du conglomérat ou un panneau d’affichage publicitaire, relever un défi de course contre la montre etc… A cela s’ajoutent des missions secondaires délivrées par quelques NPC clés, et bien sur la trame principale.

Avis Test Mirror's Edge Catalyst

Aussitôt Faith contrôlable, j’ai rapidement retrouvé mes marques grâce à un petit tutoriel plutôt bien fait, inculquant les bases pour se déplacer, sauter, voltiger sur les parois et autres rebords glissants. J’ai constaté avec plaisir que la fluidité exemplaire des mouvements du 1 était toujours bien présente : on court, en enchainant les obstacles (toujours illuminés en rouge grâce à notre « sens urbain ») en glissant, en prenant de l’élan pour sauter et se rattraper en roulant. Le tout en utilisant uniquement les boutons L1/L2 (en plus du stick bien entendu). C’est fun, dynamique, et on se surprend parfois à réaliser des prouesses qui feraient pâlir de jalousie le meilleur des Yamakazi ! Au fil de l’histoire, Faith aura accès à quelques gadgets , comme le grappin magnétique, débloquant ainsi de nouvelles possibilités de gameplay, prenant parfois des airs de jeu d’énigme grandeur nature façon Portal.

Avis Test Mirror's Edge Catalyst

Au fil des missions accomplies, notre héroïne gagne de l’expérience et des niveaux débloquant des points à attribuer dans 3 arbres de compétences (Déplacements, Combats, Tenues), lui permettant de débloquer de nouveaux mouvements ou aptitudes de combats ! Car oui, dans Mirror’s Edge il y’a des combats ! Et ce n’est toujours pas la partie la plus réussie du jeu. Les différents coups sont basiques, et même si quelques clés de bras sophistiquées sont plutôt agréables à exécuter, les agents de Kruger Sec n’opposent pas vraiment de résistance. On préférera d’ailleurs fuir les combats la plupart du temps (entrainant une sorte de course poursuite comme dans un GTA), et ainsi rester en mouvement afin de remplir une jauge nous rendant insensible aux balles et aux coups.

Réalisation

Mirror’s Edge Catalyst ne brille pas vraiment par sa technique un peu datée, mais plutôt par la direction artistique totalement dépouillée et immaculée (qui permet au passage de faire tourner le jeu en 1080p/60fps sur PS4), avec des petites touches de couleurs très vives, donnant un joli effet de contraste. Bien que sommaire, le rendu visuel est au final très bon, pour peu qu’on accroche à cette DA zen et épurée ;)

Certains points de vue sur la gigantesque ville de Glass sont sublimes donnent le tournis : on se ballade parfois sur des corniches ou des filin à des dizaines de mètres d’altitude ! L’effet est saisissant, attention au vertige

Avis Test Mirror's Edge Catalyst

Un mot également sur l’ambiance sonore brillamment réussie, mixant d’agréables compositions électro, avec les bruits de pas qui changent au contact des différentes surfaces, le souffle de Faith qui s’accélère, ou encore le vent qui siffle lors de sauts ou de passages à haute altitude !

Difficulté / Durée de vie / Rejouabilité

Il m’aura fallu environ 6-7 heures pour venir à bout du jeu, en prenant mon temps, et en accomplissant quelques missions et objectifs secondaires sans me presser outre mesure. Ce n’est pas énorme, mais le titre invite clairement à la collecte d’objets optionnels disséminés dans le décor, ainsi qu’à l’accomplissement des différentes courses contre la montre, et autres livraisons !

Avis Test Mirror's Edge Catalyst

On se heurte parfois à des ratés dans nos enchainements de mouvements, entrainant la chute mortelle et le retry qui va bien ! Cette progression par l’échec n’entache en rien l’expérience de jeu, et garantit même une maitrise accrue de Faith au fur et à mesure de l’aventure.

Test réalisé à partir d’une version fournie par EA France

MA CONCLUSION
Ma note ( /10)
7
Article précédent[Destiny] Comment obtenir les Triomphes Année 2
Article suivantEnfin les vacances !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire :)
Votre nom