Home Jeux Vidéo The Division : mon avis après 70 heures de jeu

[Test] The Division : mon avis après 70 heures de jeu

0
Test The Division Avis 60 heures de jeu

S’il y’a un jeu qui m’a marqué lors de l’E3 2013, c’est bien The Division ! Après avoir eu un aperçu lors de l’Alpha et la Beta, il me tardait de mettre la main sur la version finale, pour tester pleinement l’expérience créée par Ubisoft pendant plus de 3 ans ! J’ai dépassé (allégrement) les 70 heures de jeu et me suis forgé un avis complet, en terminant à 100% la campagne et toutes les autres activités secondaires, avant d’attaquer le contenu « end game » actuel.

Principe de jeu / Gameplay

Une épidémie de variole frappe New York de plein fouet et tue des milliers de personnes en quelques jours. Manhattan est placé en quarantaine, laissant les quelques autorités restantes et personnel médical à la merci de gangs de pilleurs, anarchistes et escouades paramilitaires tentant d’imposer leur autorité. L’État décide alors d’activer La Division, une escouade réserviste secrète disposant du droit de tuer en vertu de la Directive 51. Une première vague est envoyée, sans succès… Le joueur fait parti de la seconde vague, chargée d’enquêter sur les causes de la pandémie.

C’est avec cette intrigue plutôt bien ficelée, sur fond de complot terroriste, que l’on est balancé dans ce gigantesque monde ouvert, véritable zone de non droit. Premier objectif : réhabiliter le Quartier Général de La Division, en restaurant ses 3 ailes de commandement : Centre Médical, Technique et Sécurité. Ces 3 pôles constituent en fait nos 3 arbres de compétences, dans lesquels des skills actifs et passifs se débloqueront au fur et à mesure de la réparation des 3 ailes. C’est grosso modo l’objectif (bien pensé) de la première partie du jeu, dont le déroulement est rythmé par la découverte des différents quartiers de Manhattan adaptés à un certain niveau de personnage. Dans chaque quartier, une ou plusieurs Missions de Campagne faisant avancer l’intrigue sont disponibles, et jouables jusqu’à 4 joueurs en coopération (un matchmaking est disponible). En parallèle, le joueurs pourra effectuer des missions secondaires souvent répétitives et sans grand intérêt hormis le gain d’Exp, ainsi que des missions de « Rencontres » (tout aussi répétitives) et débloquant des crédits particuliers pour réhabiliter les fameuses ailes du QG.

Test The Division Avis 60 heures de jeu

On explore donc ces différentes zones, de Garment District à Time Square en passant par Hell’s Kitchen, tout en nettoyant au passage les factions ennemies plus ou moins farouches, lors de gunfights assez stratégiques ! On est sur un système de Cover And Shoot classique façon Gears of War, agrémenté de notes tactiques très réussies, et dont l’intérêt est décuplé face aux Boss de missions et aux adversaires de type Elite. Le teamplay, et la complémentarité des compétences (même si, soyons honnête, l’arbre Médical est de loin le plus utile…) est indispensable lors de Missions en mode Difficile ou Expert… Soigneur, Tank, DPS, Support … Une répartition des rôles cruciale ! Un point qui donne du corps au gameplay, et qui m’a vraiment bien plu !

Test The Division Avis 60 heures de jeu

Bien sur, les loots sont au rendez-vous : Vert, Bleu, Mauve et Jaune… les codes couleurs classiques indiquant le niveau de rareté des pièces d’équipement trouvées ou forgées. C’est ce qui motive d’ailleurs la seconde moitié du jeu, une fois le niveau maximum atteint : se stuffer pour accéder à des défis plus relevés, notamment dans la Dark Zone. Késako ? Une sorte d’instance décomposée en 6 niveaux de difficulté, et dans laquelle les joueurs peuvent se mettre sur la gueule ! En gros, jusqu’à l’arrivée du nouveau contenu prévu pour Avril, c’est là où l’on passe la plupart de sont temps une fois level 30 !  Et ça tombe bien, car ce mode PvP est vraiment sympa et bien pensé : libre aux agents de jouer en coopération, ou bien d’attaquer tout ce qui bouge, quitte à passer Renégats, et avoir sa tête mise à prix ! La Dark Zone (même si elle est un peu vide pour le moment) est clairement un des aspect du jeu les plus réussi !

Test The Division Avis 60 heures de jeu

Difficulté / Durée de vie / Rejouabilité

The Division est dur. La mort est fréquente, et le challenge proposé dans les modes de difficulté plus élevés peut être particulièrement ardu. Comme mentionné plus haut, le teamplay stratégique est de rigueur. J’ai avancé assez vite au début, et ai donc du jouer en groupe sans mes potes, avec des inconnus grâce au matchmaking… Il a le mérite d’être proposé aux joueurs, mais on ne tombe pas toujours sur de bons profils ( = qui ne foncent pas dans le tas…). Cela peut vite s’avérer problématique sur des challenge plus compliqués. La campagne et la réhabilitation des 3 ailes à 100% se bouclent en une trentaine d’heures environ. La map à explorer est assez énorme, mais on a finalement assez vite fait le tour des activités secondaires… Du coup une fois niveau 30, on refait les missions de campagne en mode Difficile ou Expert, et on se promène dans la Dark Zone, pour dénicher des armes plus puissantes, et tuer les vilains joueurs renégats. C’est fun, mais ça ne me tiendra pas en haleine très longtemps…

Test The Division Avis 60 heures de jeu

Bien sur, c’est toujours difficile de juger la durée de vie d’un jeu en ligne type MMO, moins d’un mois après sa sortie… Toutefois, j’ai le sentiment d’avoir déjà fait le tour de la très grande majorité du contenu proposé actuellement. Avec presque 70 heures au compteur, j’ai récupéré des pièces d’équipement « jaune », ai terminé toutes les missions secondaires/rencontres, me suis aventuré dans la Dark Zone de haut niveau et ai récupéré les 293 collectibles (aahh les collectibles… la marque de fabrique -relou- d’Ubi…) éparpillés sur la carte. C’est évidemment la course à l’équipement qui fera tenir les joueurs sur le long terme. Ubisoft a d’ailleurs annoncé la sortie mi-avril, du premier mode « Incursion », sorte de Raid réservé aux joueurs les mieux équipés.

Test The Division Avis 60 heures de jeu

Réalisation

Malgré les fameux downgrades graphiques que le jeu aurait subi depuis l’E3 2013, le niveau de réalisation atteint sur console est tout à fait somptueux : New-York est remarquablement modélisé et réaliste ! Alors oui, ok : la ville est vide (forcément, tout le monde est mort à cause du virus) ! Mais cela permet de concentrer la puissance de calcul sur la distance d’affichage, la qualité des textures, ou encore la gestion météo à couper le souffle (vraiment !)… Je n’ai constaté aucune chute de framerate ou quelconque désagréments techniques lors de combats un peu chargés en explosions ou effets spécifiques gourmands… Non vraiment, rien à redire sur la réalisation !

Test The Division Avis 60 heures de jeu

Destiny et The Division

Pour un joueur qui a passé 1000h sur Destiny, les mécaniques de progression, et autres ressemblances sautent immédiatement aux yeux, et ce n’est pas pour me déplaire :

– Assaut Épiques / Nuit Noir –> « Missions Campagnes Difficile/Expert »
– Raid –> « Incursion »
– Pièces Étranges –> « Crédits Phoenix »
– Niveau de lumière –> « Gear Level »
– Contrats, Missions du jour –> « Missions Quotidiennes »
– 3 Stats d’armure Intel/Force/Discpline –> 3 Stats d’armure « DPS/Santé/Techno »
– …

Finalement ces ressemblances sont inhérentes au style de jeu « Meta-MMO-like-Loot » pour console, et au fait que les deux titres s’adressent exactement à la même cible ! The Division est tout neuf, et propose quantité de choses dont Destiny pourrait s’inspirer, comme la Dark Zone, l’aspect stratégique des gunfights, ou encore le choix laissé aux joueurs d’utiliser le matchmaking pour toutes les activités. En tout cas, si le titre de Bungie n’a plus de secrets pour vous, vous serez en terrain connu sur The Division :)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire :)
Votre nom