On ne va pas se mentir : depuis plus de 10 ans, c’est un peu la famine côté PlayStation au niveau des jeux de caisses. La tentative Drive Club n’a pas vraiment fait mouche, et les joueurs PS4 ont du se contenter de GT Sport (que j’avais personnellement plutôt bien aimé), sachant que le dernier vrai bon épisode de la licence remontait à… très longtemps. Alors forcément, GT7, qui sort pour les 25 ans de la série, a cette lourde de tâche satisfaire les fans, et de redorer le blason d’une série en déclin, face à une concurrence hautement qualitative. Pari réussi ? Je vous donne mon avis sur Gran Turismo 7 en plusieurs points, après une bonne quinzaine d’heures, sur PS5.

Entre nouveautés et conservatisme

Je commence ce test de Gran Turismo 7 par une petite réflexion de quelques lignes. En jouant, je me suis rendu compte à quel point le jeu était en équilibre entre les indéboulonnables obsessions de Yamauchi, dans une rigoureuse continuité de ce qui a été fait avant (vu l’état de la série depuis plus de 10 ans, c’est un choix qui peut être discutable), et les nouveautés qui insufflent une fraicheur plus que bienvenue. Un mélange assez déroutant (sans mauvais jeu de mots) avec ses forces et ses faiblesses.

Carte du monde : la nouveauté

Lucas, Chris, Daniel… Vous allez en croiser du monde. A travers ces avatars qu’on dirait presque sortis d’une banque de photos en ligne, vous allez pouvoir progresser dans « l’aventure » de GT7. C’est d’ailleurs une nouveauté que j’ai plutôt apprécié même si elle n’est pas si pratique en réalité.

Test Gran Turismo 7 PS5

L’interface du jeu se présente sous forme de carte du monde, avec plusieurs Pavillons/Lieux, que vous allez débloquer au fil du jeu : le Centre d’Occasions, le Centre des Permis, le Garage etc… et le plus important : le Gran Turismo Café. C’est un « petit café caché dans les bois, où les amoureux de l’automobile se retrouvent pour discuter »… Enfin en tout cas c’est l’ambiance que Yamauchi a voulu donner, c’est très japonais :) C’est ici que l’on va recevoir des « Menus », (ce sont des quêtes, tout simplement) qui vont nous guider dans notre progression : terminer un championnat, collecter 3 voitures compact européennes, aller améliorer sa voiture, etc.. Cela permet de guider le joueur et de lui apprendre en même temps les rudiments de Gran Turismo. On se laisse porter et c’est agréable; voir addictif.

Test Gran Turismo 7 PS5

Mais en même temps ce n’est pas franchement le choix le plus ergonomique qui soit (les japonais en termes de menu… ça n’a jamais été vraiment ça). Typiquement, on aimerait bien accéder aux réglages, ou aux pièces d’amélioration directement depuis notre garage. Que neni ! il faudra forcément passer par l’Atelier de Préparations, puis ensuite retourner au garage, si on veut changer de voiture, puis aller au centre GT, si on veut changer la peinture, etc… Tout cela dans un souci de « culture automobile réaliste », mais qui pourrait être un peu moins rigide dans un jeu ;)

Test Gran Turismo 7 PS5

Heureusement, les temps de chargement sont très courts voir inexistants, ce qui permet de naviguer de manière assez rapide au final. Spéciale dédicace au curseur de souris, qui devrait être interdit dans un jeu video console en 2022.

Gran Turismo 7 : Gran déception graphique

Oui, pour moi c’est une vraie déception sur ce plan là ! Surtout après Horizon Forbidden West, et encore plus pour un jeu de voitures, qui est un genre typiquement propice à être une vitrine technique. Ce n’est pas le cas. J’ai pourtant joué en mode « Favoriser le Ray-Tracing », censé proposer la plus haute qualité visuelle. Les voitures sont effectivement parfaitement modélisées et très belles, avec des reflets réalistes sur la carrosserie… Du vrai Car Porn. Mais le reste est tout juste passable. Il fallait que j’en parle dans ce test de Gran Turismo 7 ! Absence totale de dégâts des voitures, décors très plats, assez vides, le ciel fade et pas « vivant » (on a l’impression qu’il n’est pas vraiment en haute résolution…), la végétation figée peu convaincante. Le tout manque de finition, de polish, d’envie… On sent très clairement que Polyphony Digital s’est contenté du minimum. Pourquoi ? On ne le saura jamais… En tout cas je trouve cela vraiment décevant pour la PS5.

GT7 qualite graphique PS5 comparaisonGT7 qualite graphique PS5 comparaisonGT7 qualite graphique PS5 comparaisonGT7 qualite graphique PS5

Je m’attendais à beaucoup mieux que ça, surtout pour un jeu de courses sur circuits fermés : Forza Horizon 5 qui pourtant est un Open World bien plus gourmand et exigeant techniquement, est à des années lumières devant Gran Turismo 7. C’est dire.

Certains circuits à certaines heures peuvent proposer une belle lumière, ou un coucher de soleil qui se reflète sur la carrosserie de la voiture, mais c’est vraiment à peine satisfaisant. Alors bien sûr, le mode replay, le mode photos, ou encore la réalisation technique dans les différents lieux de la carte (garage, Gran Turismo Café, etc..) est très belle… Sauf qu’une fois au volant, la différence est assez frappante, la chute assez dingue je trouve. J’ai même relancé Gran Turismo Sport, sorti sur PS4 pour voir les différences : il y’en a bien évidemment, mais très honnêtement le gap est très loin d’être immense, en dehors des bolides (seulement en mode Ray-Tracing…). Je vous laisse juges :

GT Sport vs GT7 sur PS5 GT Sport vs GT7 sur PS5

Une note positive : au niveau du framerate, le jeu est parfaitement fluide à 60FPS. Sur ce point, il n’y a vraiment rien à dire. Niveau audio, les bruits des différentes voitures sont vraiment bien retranscrits et uniques. Malheureusement, comme d’habitude dans Gran Turismo : les crissements de pneus très exagérés sont assez vite insupportables :(

Sensations de pilotage : le plaisir

La conduite dans Gran Turismo 7, reste je trouve dans la droite lignée de GT Sport. On est face à une « Simulation » (je mets des grosses guillemets, car les fans d’Assetto Corsa doivent bien se marrer en lisant ça), mélangée à de l’Arcade au niveau des sensations et de l’accessibilité. La rigidité du début peut dérouter, mais on se rend compte finalement que le jeu est très permissif, au fil des courses et des progrès que l’on fait. On peut se faire plaisir, sans frustration, c’est très agréable et un vrai point fort du jeu.

Test Gran Turismo 7 PS5

Le comportement routier est bien entendu extrêmement différent d’un véhicule à l’autre, et cela pousse d’ailleurs à n’utiliser qu’une poignée de nos bolides histoire de se familiariser le plus possible à leur conduite. Une forme de fidélisation à quelques voitures que l’on va bichonner, améliorer, etc… J’aime beaucoup cet aspect là. De manière générale, le pilotage demandera un certain doigté, une certaine finesse, pour être vraiment efficace, et éclater les meilleurs chrono :)

Test Gran Turismo 7 PS5

Le jeu propose bien sur tout un tas d’options d’assistance à la conduite : freinage automatique, trajectoire automatique, guides et marques au sol, ABS, etc etc… Encore une fois, le plaisir avant tout, même pour les débutants.

Les permis, autres activités et durée de vie

Elément culte de la série, les permis sont de retour après une absence remarquée dans GT Sport (qui les remplaçait par l’Ecole de Conduite). Le principe est simple : afin de pouvoir progresser dans le jeu, et débloquer de nouveaux championnats et bolides, il faut passer des permis.

Test Gran Turismo 7 PS5

Ce sont des successions d’épreuves chronométrées dans lesquelles il faudra réaliser certaines manoeuvres, du simple freinage d’urgence, au double virage rapide. Cela permet non seulement d’apprendre à piloter, mais en plus cela nourrit le jeu par du challenge parfois corsé ;) On peut passer des heures sur les permis pour faire les meilleurs temps, comme avant, dans les premiers opus (souvenirs).

Test Gran Turismo 7 PS5

En dehors des permis, beaucoup d’activités sont accessibles : des courses simples, qui peuvent se décliner en plusieurs variantes également (courses, chrono, expérience de circuit…) les championnats (succession de plusieurs courses, avec classement), le mode Sport directement tiré du jeu éponyme, ou encore les Missions, sorte d’épreuves typées arcade assez fun.

Bref, l’énorme défaut de GT Sport est corrigé dans GT7 : le contenu. Il y’a vraiment de quoi faire, des dizaines et dizaines d’heures de jeu.

Les crédits : le nerf de la guerre

En gagnant des courses, on gagne bien entendu des crédits, qui nous permettent d’acheter de nouveaux véhicules, mais également de les améliorer à l’atelier. Du tuning indispensable pour réaliser les meilleurs chrono, et gagner les championnats.

Test Gran Turismo 7 PS5

Les véhicules peuvent être achetés d’occasion, dans une sorte de Centrale, avec du choix qui change. On peut aussi décider d’acquérir des véhicules neufs, auprès d’un revendeur qui dispose d’un catalogue de toutes les marques iconiques (Audi, Toyota, BMW, Honda, Fiat, etc etc). De temps en temps, en accomplissant certains challenge, un ticket de Tirage nous sera donné, pour gagner une récompense supplémentaire, à la manière de Forza.

Je trouve globalement le système de crédit plutôt bien équilibré, même si l’acquisition est de plus en plus lente et difficile au fil du jeu. Cela peut être frustrant (après il est toujours possible d’acheter des crédits sur le PSN..)

L’amour de l’automobile

C’est ce qui transpire le plus. On sent que Kazunori Yamauchi s’est attardé sur de minuscules détails (au détriment d’autres choses…), par amour pour les voitures. Les descriptions précises, l’esthétique générale, les histoires de l’industrie automobile qui nous sont racontées, ainsi que les anecdotes qui passionneront les fans de voitures (et qui ennuieront sans doute les autres, il y’a beaucoup de dialogues). Tout cela est ce qui fait la singularité du jeu, son esprit unique. Bien plus que la conduite plutôt déjà vu (même si très plaisante), ou l’accumulation de voitures dans son garage.

Utilisation de la Dualsense dans Gran Turismo 7

Pour une fois, je trouve la Dualsense vraiment très bien utilisée que ce soit au niveau des vibrations ou des gâchettes adaptatives ! On ressent bien la course à travers la manette, les rapports passent en générant une grosse vibration, et lorsqu’on tourne, on sent le « poids » basculer à droite ou à gauche. La gâchette de frein résiste lorsqu’on appuie dessus, et côté accélération, le dosage est bien nuancé. Malheureusement comme souvent avec cette manette, tout cela se fait au détriment de l’autonomie. Comptez environ 7h (ça va vite) avant de devoir recharger.

Alors oui ce n’est pas une révolution absolue dans un jeu de ce type, par rapport aux vibrations de la Dualshock 4 ou de la manette Xbox et ses gâchettes vibrantes impulse (qui procurent aussi de super sensations) mais la technologie Dualsense est très bien implémentée et parfaitement maitrisée par les développeurs. Ça fait plaisir ! Pour moi, après Astro, c’est GT7 qui propose l’expérience la plus complète avec la manette, et de loin.

Le fameux mode photo « Scapes »

Pour conclure ce test de Gran Turismo 7 sur PS5, un dernier mot sur le mode Scapes du jeu. C’est en fait le mode Photos, qui permet de réaliser des clichés dans des décors du monde réel, avec les bolides de Grant Turismo 7, en choisissant les paramètres de lumière, de rendu, de filtre etc.

L’effet photo-réaliste de la réalisation des voitures est toujours aussi bluffant, et certain clichés pourraient tromper l’oeil le plus averti sans aucune difficulté. Voici quelques photos que j’ai réalisé :)

GT7 PS5 ScapesGT7 PS5 ScapesGT7 PS5 Scapes

MA CONCLUSION
Ma note (sur 10)
7.5
Article précédentVideo 4K : Horizon Forbidden West, plus beau jeu Next-gen actuel
Article suivantUnboxing Press Kit Tiny Tina’s Wonderlands

5 COMMENTAIRES

  1. Il y’a 2 mode graphiques mais le Ray tracing n’étant activé que lors des scènes pré calculées (photo mode, replays , cutscene etc), les 2 modes proposes des courses en 60 fps, d’où la sensation qu’ils sont aussi fluide l’un que l’autre ;) En d’autres termes, le jeu passe en 30 fps seulement lors des scénes avec RT.

  2. Absolument. Ce nouvel opus est pour ma part très décevant.
    Les modes sont long à se retrouver et les courses sont « banales ».
    Pour un jeu nouveau, vraiment je préfère rester sur GT SPORT car ce GT7 manque vraiment de fun et de « coté pratique ».
    Tout est presque « rébarbatif » et franchement pour les joueurs PS4, GT SPORT est bien plus « jouable » et agréable que GT7.
    Ma note perso pour ce nouvel GT7 ne dépasse pas 4/10 et encore…

    Un maître mot: DÉCEVANT

    • Je suis d’accord globalement avec toi. J’ai l’impression que beaucoup de joueurs (presse et joueurs) veulent absolument que cet opus soit « Le retour du Roi », à tout prix. Je pense qu’ils se voilent vraiment la face.

      Après je trouve le jeu agréable. Mais pour moi il ne vaut certainement pas 9/10 ou 10/10 comme on a vu dans la presse.

      Je pense qu’une note juste se situe entre 7 et 8, d’où mon 7.5/10 :)

  3. Bonsoir, tout le monde parle du retour du mode carrière etc…. Mais quel retour ?
    Personne ne remarque que gt sport est plus complet ?
    Dans gt7 vous avez 39 x 3 courses à faire en mode café
    Dans gt sport vous avez 44 championnats de 5 à 9 courses, avec les courses de monoplace et endurance.
    Tout le reste à l’identique, les missions, course arcade, personnalisée, 2J, les permis ont justes retrouvés la presentation d’origine avec 50 épreuves sur gt7 contre 48 sur gt sport.
    Il est où le retour de GT?
    Où est passé le GT league?
    En plus l’interface et la presentation étaient meilleures sur l’avant dernier titre, c’est que mon avis.
    Pour l’instant avoir dépensé 54e à Leclerc m’a grandement déçu, toute cette hype pour rien, si 3 anciens circuits qui reviennent.
    Ils vont rajouter circuits et voitures d’accord, et c’est tout?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire :)
Votre nom