Je me souviens de la première annonce de No Man’s Sky à l’E3. La hype était palpable et les réactions démesurées face à un projet « indé » presque conceptuel… Ça ne m’avait pas fait grand chose à l’époque. Et puis au fil des années, des trailers, des conférences, mon attente a grandi petit à petit jusqu’au 10 août dernier, date de sortie du jeu ! Depuis, j’ai pas mal bourlingué de système en système à bord de mon vaisseau, ersatz de X-Wing version lego. Voici mon avis sur le jeu !

Principe de jeu / Gameplay

Atteindre le centre de l’univers. Le but de No Man’s Sky est aussi invraisemblable que mystérieux quand on y repense. On se réveille à côté d’un vaisseau en sale état, sans trop d’explications… Il va falloir réparer les moteurs et la propulsion pour commencer l’aventure. Pour cela, notre muti-outils, sorte de flingue à tout faire, va nous permettre d’extraire de l’environnement toutes sortes de minerais et composants, pour non seulement retaper notre carlingue, mais aussi l’alimenter en carburant.

Test No Man's Sky Avis PS4

Une fois cette courte mise en jambe terminée, l’exploration à bord du vaisseau peut commencer ! Nos scanners permettent de détecter en vol différents points d’intérêt (bâtiments, comptoir commercial, stèle extraterrestre…). On se pose, afin d’aller jeter un œil et ramasser un nouveau plan d’amélioration, discuter avec un alien, ou découvrir une nouvelle espèce animale. Il est bon de préciser que tout est à l’échelle, ce qui veut dire que les distances à parcourir au sol sont gigantesques si on se sent l’âme d’un marathonien dopé au plutonium… Il est bien sur conseillé de tout faire en volant ;)

Ainsi, la progression passe par la recherche permanente de nouvelles technologies pour améliorer notre équipement, et notre vaisseau, afin de sauter de Système en Système, plus loin et plus vite : c’est le schéma mécanique, systématique, de No Man’s Sky, qui va nous rapprocher de notre but. On extrait des ressources, on les vend, on améliore notre moteur, notre combinaison, nos canons lasers, pour avancer vers d’autres planètes et galaxie, sur lesquelles on découvre de nouvelles technologies nécessitant d’autres minerais.

On se pose, on scanne la faune, la flore, on décolle, puis on se re-pose, puis on re-décolle, on combat des pirates de l’espace, on répare le vaisseau, etc… Et malgré ce schéma proche d’un automate, ça marche… On continue notre quête stellaire. On kiff.

« L’important c’est le chemin, pas la destination »

Ce n’est pas tant cette répétitivité certaine, calquée sur notre vie réelle, quotidienne, qui peut dérouter les joueurs. Après tout chaque jeu est répétitif à sa manière. Mais c’est bien l’absence de guide/but précis, cette sensation vaine d’avancer dans le néant. Et c’est là toute la subtilité de No Man’s Sky : derrière un objectif qui relève presque du « mythe » (le centre de l’univers, là où tout a commencé et où tout fini…) le véritable but du jeu… c’est de jouer ! Vivre, survivre, tracer sa propre route dans les étoiles, à sa manière. Un parti pris auquel tout le monde n’adhère pas, mais qui est précisément ce que moi j’ai adoré. Ecrire sa propre histoire, suivre son existence d’explorateur en quête d’un lieu qu’on n’atteindra peut-être jamais, à l’image de tous ces joueurs qui ont déjà abandonné l’aventure.

Test No Man's Sky Avis PS4

Durée de vie / Difficulté / Rejouabilité

18 trillons de planètes. 18 milliards de milliards… Autant dire qu’il est impossible de toutes les visiter… En explorer une à 100% prend déjà des dizaines d’heures… C’est d’ailleurs pour cela que personne ne le fait :) N’ayant pas encore atteint le centre de l’univers, il m’est difficile de donner un nombre d’heures précis… Heureusement en fait, car ça n’a strictement aucun intérêt, tant la durée de vie peut varier d’un joueur à l’autre, d’une découverte à une autre.

Test No Man's Sky Avis PS4

Chacun aura sa façon d’aborder la progression. Certains rusheront, en s’arrêtant uniquement pour faire le plein de carburant… D’autres comme moi, prendront le temps d’amasser un énorme paquet d’argent pour se payer les plus beaux vaisseaux disponibles, et les meilleurs Multi-Outils ;)

Le jeu n’est pas dur, une fois qu’on a compris la mécanique de récolte et de craft. Jamais punitif, No Man’s Sky laisse par ailleurs toujours une solution aux aventuriers perdus, ou en panne sèche de carburant : chaque système solaire comporte tous les éléments nécessaires pour repartir, ainsi que de multiples NPC Aliens prêts à aider (à condition de suffisamment maîtriser leur langage, grâce au système d’apprentissage de mots aliens).

Réalisation

La génération procédurale a du bon. Cela permet de créer un très grand nombre d’environnements (incluant faune et flore), diversifiés, même si une sensation de déjà vu s’installe après la 10e planète visitée :) La DA est vraiment réussie, avec ses notes simplistes pastels, et ses lumières jouant avec les cycles jour/nuit et les conditions météo. Certains paysages ou plans sont splendides et font penser à des vieux posters de science-fiction :) La BO electro minimaliste habille parfaitement les phases d’exploration ou de vol interplanétaire. A écouter si c’est votre came :)

Test No Man's Sky Avis PS4

La ressources de la PS4 sont largement sollicitées mais ne parviennent pas à tenir la cadence des déplacements à haute vitesse : le cliping est omniprésent, particulièrement lors des trajets en vaisseau. Dommage… Beaucoup de plantages sont également de la partie, forçant le jeu a redémarrer et gâchant par la même occasion l’immersion. Les patchs s’enchaînent depuis le Day One améliorant « un peu » la stabilité du jeu, mais on est encore loin des standards de qualité actuels sur ce point précis malheureusement :/

MA CONCLUSION
Ma note
8
Article précédent[Trailer] Premier DLC de Dark Souls 3 : Ashes of Ariandel
Article suivant[Compte rendu] Lancement du Honor 8 en Europe à la piscine Molitor

9 COMMENTAIRES

  1. « Les patchs s’enchaînent depuis le Day One améliorant « un peu » la stabilité du jeu, mais on est encore loin des standards de qualité actuels sur ce point précis malheureusement :/ »

    Pour ma part, j’ai trouvé que, rien que le 1er patch avait « grandement » amélioré la stabilité du jeu. Je suis passé de 3 à 4 plantages (écrans bleu puis fermeture du jeu) sur 8/10h de jeu à moins de 1.

    Après, il y a très certainement divers raisons à ces soucis.

    Tu te bases sur quoi comme « standards de qualité actuels » ?

    Dans tous les cas, bon article, je rejoins ton avis.

    • Merci :)

      Je me base sur le fait qu’aucun autre jeu sur ma PS4 ne plante autant :) Même un plantage 1 fois toute les 8 heures n’est pas normal sur console.

      Je garde à l’esprit que ce n’est pas un jeu AAA, et que les moyens/équipes dédiés QA ne sont sans doute pas énormes. Mais quand même !

  2. Perso sur PC juste injouable… même avec la solution donné sur ReddIt et la mise a jours de tous les composant de mon pc ça plante toute les 20/25 minutes….

  3. Enfin un test/ point de vue objectif ! J’hésite toujours à franchir le pas. Cette répétition me fait un peu peur… En tous cas enfin un nouveau concept de jeu, enfin des gens qui osent . Ça change des licences qui sont exploitées au max.

    • Il y’a une certaine répétition oui, mais comme dans tous les jeux :) NMS est une expérience à essayer et si tu doutes, attends un peu que le jeu baisse (ou prends le d’occaz)

      • Carrément je me suis dit qu’une fois plus abordable je le prendrais, histoire de me faire mon propre point de vue. D’autant plus qu’en ce moment je n’ai vraiment pas le temps…

  4. Perso, pour avoir la version PC, mise à part le fait que je ne peux revenir au jeu lorsque je fais un retour au bureau, aucun plantage… J’ai la version STEAM, je ne sais pas si ça change réellement la donne ou si c’est mon matos mais quand je vois les commentaires (blue screen and co)… Globalement plutôt content du jeu, j’aurai juste aimé pouvoir voir mes potes et jouer avec eux. Je suis souvent sur le c*l de voir de nouvelles planètes ! Sinon les MAJ sont à surveiller ! :D

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire :)
Votre nom